Il faut sauver Médiapart et la presse indépendante !

 « Mediapart » et « Arrêt sur Images », deux sites d’informations indépendants sont victimes d’un énorme redressement fiscal qui met en danger leur existence même. Plusieurs millions leur sont réclamés ! 
médiapart-page
Si ils tombent, ce sont de futures scandales comme les affaires Cahuzac ou Bettencourt qui resteront ignorés et impunis à jamais. Et c’est notre démocratie et ses valeurs qui en seront les perdants.

Mais ces dernières semaines cette même administration fiscale a montré des failles et a été désavouée à de nombreuses reprises par le gouvernement. Il y a donc de l’espoir ! Si nous sommes suffisamment nombreux à réclamer justice pour Médiapart et Arrêt sur Images, il y a une chance de les sauver.

Cliquez ici pour sauver Médiapart et Arrêt sur Images : 

https://www.powerfoule.org/campaigns/presse/m%C3%A9diapart/il-faut-sauver-la-presse-ind%C3%A9pendante?t=dXNlcmlkPTMwMjgwLGVtYWlsaWQ9MTM4

4,1 millions d’euros sont réclamés à Médiapart, et 540 000 euros à Arrêt sur Images. Tout ça parce que l’administration fiscale veut leur appliquer la TVA à 20% alors que la presse écrite bénéficie du taux réduit à 2%. En plus, les deux sites doivent payer des pénalités de retard pour « mauvaise foi » et manquement délibéré alors qu’ils n’ont cessé de dialoguer avec l’administration.

Ces pénalités pourraient signer leur mort. Même si on peut ne pas être d’accord avec certaines de leurs positions, leur existence et leur travail d’enquête sont une bouffée d’air indispensable à notre démocratie. C’est parce qu’ils dérangent et qu’ils révèlent des scandales que nous en avons besoin. 

L’Etat verse chaque année 500 millions d’aide à la presse. L’an dernier, 15 millions étaient versés au Figaro, propriété du milliardaire Dassault et 13 millions au Monde, propriété des milliardaires Berger, Niel et du banquier d’affaires Pigasse. Mais rien à Médiapart ni à Arrêt sur Images… au contraire. On ne peut imaginer que les deux sites indépendants si utiles pour notre démocratie ferment à cause de l’acharnement du fisc.

Signez la pétition pour dire au ministre des Finances que nous tenons à la survie de Mediapart et d’Arrêt sur Images. Demandons une amnistie totale ou partielle sur les pénalités. Un compromis doit être trouvé pour que le droit soit respecté et la liberté d’informer garantie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *