Mission au Laos chez le partenaire Lao Farmers Products

 

 

thBIYSAN3F RETOUR SUR UNE MISSION DE SUIVI DE GARANTIE AVEC LAO FARMERS PRODUCTS…

Article écrit par Gérald Godreuil le lundi, 16 mars 2015

« Février 2015. Après un peu plus de 4 ans et 20 heures de voyage, Dr. Sisaliao vient m’accueillir à l’aéroport de Vientiane. Il m’emmène dans sa petite voiture, modeste comme cet homme sage, président de l’ASDSP (Association de Soutien au Développement des Sociétés Paysannes), de Lao Farmers products (LFP), député au Parlement Lao,… Nous nous faufilons au milieu des grosses berlines, des pick-up, des mobylettes et tuk-tuk. La circulation est dense.
Au siège de l’ASDSP et de LFP, spartiate et vieillissant, nous retrouvons Soukaseum Bodhisane, nouveau directeur, agronome à la retraite, francophone, et Khamphet Keopanyah, jeune Lao, anglophone, qui a rejoint l’équipe après 10 ans de vie monastique Bouddhiste. Rejoint par plusieurs cadres de Lao Farmers, nous démarrons la réunion d’évaluation de garantie du commerce équitable. Cette évaluation est faite à partir du nouveau système de garantie de WFTO, occasion de former les membres de LFP et ASDSP à la mise en place d’une garantie plus effective au sein de leur filière et d’envisager une adhésion à WFTO. Ce travail mené par ADM est important car il permet d’assurer et de maintenir la confiance des acheteurs du commerce équitable.

Nous passons en revue les documents d’évaluation et déroulons le programme de la mission à venir : réunions avec la direction, entretiens avec des salarié-es de LFP, visite des producteurs de riz de Sangthong, rencontre et réalisation d’une étude de filière du thé de Paksong tea. Les ateliers de LFP sont calmes. La situation financière est difficile. Les effectifs ont été réduits. Les commandes ont beaucoup baissé. Une dizaine d’ouvriers et d’ouvrières s’affairent :  les uns à coller des étiquettes sur des cartons, les autres à chasser l’air des paquets de riz avant de les emballer. Plus tard, ils emballeront une à une les pâtes de fruits de tamarin dans des papiers de bonbons colorés, produits qui se vendent bien au  Laos. Tout est fait à la main à LFP. Même les sachets de thé sont remplis à la petite cuillère avant d’être scellés par une machine. Les salaires ont beaucoup augmenté, le salaire minimum passant de 45 à 125 dollars entre 2010 et 2015, suivant la hausse du coût de la vie. Cela reste des salaires modestes qui ne permettent pas toujours  de couvrir tous les besoins, là où il faudrait presque le double.

th
Oxfam, présent au Laos avec un bureau et des fonds conséquents, accompagne LFP et l’ASDSP sur plusieurs projets : formation, certification biologique du riz et du thé, audit financier, calcul des prix, etc.
Après 2 jours de réunions et d’entretiens au siège, nous partons avec Khamphet et Thongmy, en minibus pour Sangthong à 1h30 de Vientiane. Le groupement de producteurs de Sangthong réunit 284 familles (0,3 à 3 ha) sur 10 villages. Ils produisent du riz mandarin, du riz violet et du riz gluant (consommation et marché locaux). 8 représentants et le chef du district nous reçoivent dans le temple bouddhiste du village de Nachalern. Nous échangeons longuement sur le fonctionnement du groupe, la production, le prix (et la prime de commerce équitable), le préfinancement, l’agriculture biologique, le changement climatique, le commerce équitable, … et terminons la réunion avec quelques-uns dans un petit restaurant de bord de route.
Avec mes deux compagnons, nous partons le soir-même pour Paksé, 12h de bus de nuit. Arrivés un peu fatigués, nous allons visiter un temple sur une colline :  rien de tel que 200 marches pour se réveiller !. Nous trouvons un hôtel bon marché et nous nous reposons un peu, avant de reprendre nos échanges, assis au bord du Mékong autour d’une BeerLao ! Le lendemain matin, nous allons au KM36, adresse de l’atelier de fabrication du thé de « Paksong tea », atelier créé par les producteurs après l’ arrêt de Batieng products (Bapro). Une vingtaine de producteurs venus de 9 villages ont enfourché leurs mobylettes (ADM a payé l’essence !) pour se réunir et discuter. Le groupement de producteurs représente 139 familles de 10 villages. Nous abordons les mêmes sujets qu’à Sangthong. Dans l’après-midi, nous allons visiter deux jardins de thé (Km 33 et 35). A l’atelier, Mrs Bunkhane qui produit le thé depuis 2003, d’abord à Bapro puis depuis 2009 à Paksong, nous explique tout le processus de transformation du thé depuis la cueillette jusqu’à l’expédition du thé vert, noir ou Oolong à Vientiane. Le soir nous retournons à Vientiane dans notre bus couchette avec quelques pages d’infos et de nombreuses photos. Le week-end permettra de rédiger les différents rapports. Lundi, dernier jour, réunion de clôture de la mission. 8 personnes participent à cette réunion où je partage l’évaluation des 10 principes du commerce équitable avec LFP et l’ASDSP. Beaucoup d’échanges en anglais, lao, quelques apartés en français. La journée est dense mais nous parvenons à finaliser le « rapport d’autoévaluation » et le « plan d’amélioration ». Khamphet est nommé « coordinateur » des questions de garantie et restera notre interlocuteur. Je ressens chez LFP, qui en a bien compris les enjeux, une envie d’avancer sur la garantie. D’autre part, LFP fourmille de nombreux projets. Il reste à trouver des financements, et à préparer la relève. En effet, Dr Sisaliao et Soukaseum ont dépassé les 70 ans… »

One Response to Mission au Laos chez le partenaire Lao Farmers Products

  1. Pingback: Avec le Laos, plus de 20 ans de partenariat… à continuer ! | Artisans du Monde Rouen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *